L’effondrement rapide est la meilleure chose qui puisse nous arriver!

Lorsque le vent se lève…

Je lisais dernièrement le proverbe suivant :

« Lorsque le vent se lève, il y a ceux qui bâtissent des murs et ceux qui construisent des éoliennes ».

Il figurait dans le livre L’Apprentissage de l’Imperfection de Tal Ben-Shahar, lui permettant d’introduire le concept suivant. Lorsque l’imprévu surgit et que les choses ne se passent pas comme espéré, nous avons le choix entre deux approches diamétralement opposées. La première est de nous laisser envahir par différentes émotions négatives liées à la contrariété de devoir s’adapter, la peur de l’inconnu, la frustration de la non-maîtrise totale de la situation, le reproche de ne pas avoir anticipé suffisamment, etc.

Lorsque le changement survient, nous pouvons soit chercher à le fuir ou au contraire l’accepter et chercher à en tirer parti.
Continuer la lecture de « L’effondrement rapide est la meilleure chose qui puisse nous arriver! »

Sous les pavés, la Terre (film)

Plus raccordé au réseau d’eau depuis… 37 ans!

Il y a plusieurs mois, je tombais sur un extrait de vidéo dans laquelle un homme expliquait que lui et sa famille n’étaient plus raccordés au réseau d’eau potable depuis… 37 ans ! En effet, ils ont à l’époque construit une citerne de 8 mètres cubes dans leur jardin afin de récupérer l’eau de pluie. Cette eau, filtrée à l’aide de roseaux, suffit amplement à la consommation de toute la famille ainsi que celle du jardin potager.

Filtrer de l’eau de pluie avec des plantes et la boire !?!

Déjà impressionné par cette première prouesse, le discours du père de famille qui suivait a définitivement fini d’encrer cet extrait dans ma mémoire. Dans mes souvenirs, à la question du journaliste demandant combien ils avaient de vacances, il répondait :

 « Là par exemple, je vous parle. Pour vous, je suis en vacances ou je travaille ? Vous savez, nous on s’épanouis tout au long de la journée au travers de différentes activités physique ou cérébrales, on n’a pas besoin de partir en vacances ! ».

Continuer la lecture de « Sous les pavés, la Terre (film) »

Le juste prix!

Rassurez-vous, il ne sera pas ici question de ces horribles jeux télévisés insensés importés des Etats-Unis, dont le but est de faire évaluer par les participants le prix de divers objets de consommation, façon détournée de promouvoir auprès des téléspectateurs de nouveaux objets (in)dispensables qu’il faudra absolument se procurer lors du prochain pèlerinage au centre commercial. Non, je souhaite ici parler de ce qu’il serait peut-être préférable d’appeler le prix juste, comprenant le coût réel de production du produit, mais aussi la pollution générée à moyen et long terme, le tout dans une optique de durabilité et de justice tant sociale qu’environnementale (les deux étant étroitement liés). Voici donc une estimation des prix justes de certains produits courants, ainsi que leurs implications.

En 2016, les combattants de l’état islamique mettent feu aux champs pétrolifère de Moussoul en Iraq, avant de devoir battre en retraite devant les force de la coalitions. Mais quel serait le prix du pétrole s’il était “juste”? Image tirée du film “Human Flow” de l’artiste Ai Weiwei.
Continuer la lecture de « Le juste prix! »

Les Amanins… et Pierre Rabhi

Le centre agro-écologique des Amanins est né en 2003 de la rencontre entre un chef d’entreprise en quête de Sens et un certain… Pierre Rabhi!

C’était un mardi soir où je poursuivais ma recherche de solutions de vie en société heureuse et durable, lorsque je tombe tout à coup sur une “pause partagée” de 3 jours dans une sorte de ferme autonome dans la Drôme, comprenant en plus une journée en compagnie de Pierre Rabhi. Il faut savoir que cet homme est non-moins que l’auteur du livre Vers la sobriété heureuse, qui est le premier ouvrage que j’avais eu le bonheur de découvrir suite à ma “réussite fracassante” deux ans et demi auparavant. C’était tout simplement providentiel! Et pour couronner le tout, il restait juste une place! On dira ce qu’on voudra, mais des choses pareilles, c’est pour le moins extraordinaire! Il ne me restait plus qu’à trouver comment me rendre sur place moins de 48 heures plus tard, ce qui s’est finalement fait à l’aide du train, de Blablacar inauguré pour l’occasion, d’auto-stop et de covoiturage traditionnel. Je suis même arrivé pile à l’heure au rendez-vous! Quand je vous parle d’extraordinaire…

Continuer la lecture de « Les Amanins… et Pierre Rabhi »