Le n’importe achat

Vous avez sans doute plusieurs personnes autour de vous qui enchaînent les acquisitions à une vitesse folle: une nouvelle télévision, puis ce meuble ikea. Une paire de chaussures, un objet high-tech puis une nouvelle voiture et ce gadget indispensable. Bien sûr, un nouveau smartphone et une montre connectée. Une machine à café, à thé, un robot ménager. Un vélo électrique ou un scooter, un robot-aspirateur. Une robe et une veste à ne plus savoir qu’en faire, etc.

Le point commun de ces personnes? L’achat ne répond plus à un vrai besoin de l’objet, mais uniquement à procurer le plaisir de l’achat. Elles achètent alors n’importe quoi pourvu que l’objet ait le moindre intérêt. C’est ce que j’appelle le “n’importe achat”!

Extrait du film Minimalism

Le plaisir pour tenter de compenser le manque de Sens

Ce qui est intéressant, c’est que d’après mon vécu et mes observations, une bonne partie de ce comportement provient du manque de Sens. En effet, le bonheur nécessitant à la fois plaisir & Sens, on ressent le manque de bonheur mais ne sachant pas qu’il provient du manque de Sens, on tente de compenser avec d’avantage de plaisir. Or, le plaisir numéro 1 mis en avant par la société de consommation étant justement la consommation, et les “biens” proposés existants pour toutes les bourses (de la perche à selfie à 10€ au yacht à 100 millions et passant par les bijoux et la villa avec piscine), la démarche est sans fin. Pire, le plaisir d’acheter diminuant au fil des achats, nous sommes alors contraint d’acheter de plus en plus souvent. La seule limite étant évidemment l’argent à disposition.

Finir le mois

Vous avez de la peine à finir le mois avec votre salaire à 5’000€? Savez-vous que c’est aussi le cas de la majorité des personnes qui gagnent 20’000€?

En effet, notre société est faite de telle manière que nous sommes poussés à dépenser tout notre argent, quelque soit notre revenu. Si bien que nous somme systématiquement frustrés de ne pas vivre dans une position financièrement confortable, et que nous souhaitons alors gagner d’avantage. Mais réfléchissez un instant: si celui qui gagne 5’000€ rêve de 6’000€, et celui qui gagne 50’000€ rêve de 60’000€, serons nous réellement satisfait demain lorsque nous gagnerons ce dont nous rêvons aujourd’hui? Evidemment que non, il en faudra toujours plus. La seule solution provient alors de l’auto-contentement, ce qui n’est, il faut l’avouer, pas si évident lorsqu’on est soumis à 3’000 publicités tous les jours nous répétant inlassablement un seul mot: ACHETEZ! Sans Sens profond dans notre vie, il est simplement impossible d’y résister.

Nous voyons en moyenne 3’000 pubs par jour qui nous poussent à une seule chose: acheter.

Le n’importe achat, et après?

Il semblerait que suivant les personnes, le “n’importe achat” puisse durer plus ou moins longtemps. Certaines font assez vite le tour du plaisir consumériste, alors que d’autres se sacrifient toute leur vie pour un “rêve”, en évitant la dépression grâce au Sens procuré inconsciemment par leur famille, amis ou autre. Reste qu’il est impossible de savoir dans quelle catégorie une personne se situe avant son décès, et nul n’est donc à l’abri de se retrouver en manque de Sens, perdu et malheureux. Par précaution, mieux vaut alors suggérer aux personnes sujettes au “n’importe achat” que, si elles se sentent mal un jour, ce sera peut-être lié au manque de Sens de leur vie et qu’il est possible d’y remédier. Sur le moment, il est probable que ces personnes ne vous prennent pas au sérieux, mais soyez sûr qu’elles s’en souviendront si un jour elles devaient se retrouver dans ce type de situation.

Et vous? Etes-vous parfois victime du n’importe achat? Est-ce rare ou pensez-vous que vous pourriez ajouter d’avantage de Sens à votre vie pour y remédier? Dans tous les cas, n’oubliez pas de parler de Sens au “n’importe acheteurs” autour de vous, ça pourrait leur sauver la vie ;).

Car au final, le strict minimum nous suffit largement pour être heureux, non?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*