Effort physique, progrès et croissance

La force humaine ne vaut plus rien

Aujourd’hui, « grâce » au progrès, les paysans ont étés remplacés par les tracteurs, les transporteurs par les avions et les camions, les messagers par les emails, etc. En effet, avec 1 litre d’essence coûtant moins de 2€, on soulève 1000 kg de 1000 m d’altitude (lorsque l’on va en montage avec sa voiture par exemple). Pour faire le même travail avec des humains, il faudrait peut-être 5 heures à 50 personnes portant chacune 20 kg sur le leur dos. Avec un salaire (indécent) de 20€/h, cela coûterait 20x5x50 = 5000€! Dans une logique donnant la priorité au capital, on comprend vite pourquoi l’homme a été remplacé par la machine.

Ce moteur délivre plus de force que 100 chevaux réunis, pour un coût de moins de 100€ par heure de fonctionnement (1€/cheval/heure). Nous, humains, ne faisons simplement pas le poids.

Nous avons donc étés « recyclés » dans des domaines peu physiques

Heureusement, il nous reste (pour l’instant) encore quelques avantages sur les machines: nous sommes plus intelligents, et plus humains. Nous avons donc étés forcés de migrer vers des occupations cérébrales (enfermé dans un bureau) et/ou sociales (enfermés dans un magasin, hôpital ou autre), qui ne comportent du coup que très peu d’effort physique.

Mais nous avons besoin d’utiliser nos muscles

Or nous ne semblons pas faits pour nous dépenser si peu. Nous ressentons le besoin de prendre l’air, d’aller courir ou de faire un effort de quelque manière que ce soit. Et si nous ne nous écoutons pas et restons enfermés et peu mobiles, nous devenons irritables, manquons d’énergie, sommes de mauvaise humeur, avons de la peine à dormir, voir même prenons du poids tout en tombant plus souvent malade. Décidément, il est crucial de nous servir de notre corps. D’autant plus que comme mentionné ici, nous ne possédons pas une réserve d’énergie bien définie que nous rechargeons, un peu comme une machine, par notre alimentation et notre sommeil. Parfois, si vous en avez marre de vous sentir fatigué en fin de journée, forcez-vous à allez courir 15 minutes. Il est bien probable que ce bol d’air sportif vous procurera ensuite toute l’énergie rêvée durant plusieurs heures. Pour être heureux, l’effort physique est donc nécessaire, bien que nos croyances concernant le confort nous pousseraient plutôt à croire le contraire. C’est fatiguant l’effort, mais c’est une bonne fatigue, et nous en avons besoin.

Sport, croissance infinie et fonceurs

Coureurs
Courir, pour le plaisir? Ou pour souffrir?

D’un autre côté, il semblerait que le sport soit devenu l’un des meilleurs avocats de la croissance infinie: si nous, humains, sommes capable de battre continuellement les anciens records, et donc de nous améliorer années après années, c’est donc que la croissance est naturelle. Pourquoi notre société ou la planète ne le pourraient-elles pas? C’est oublier que les records sont battus de quelques millièmes de seconde de moins en moins souvent, alors que le PIB mondial doit augmenter de plusieurs pourcents chaque année. Ce n’est simplement pas comparable.

De plus, le sport est aussi le meilleur avocat des fonceurs, se répétant inlassablement la fameuse maxime « on a rien sans rien », ou en d’autres termes: sacrifie toi, seul le résultat compte. C’est là aussi oublier que se sacrifier et souffrir 99% du temps pour se réjouir des 1% restants lors du passage de la ligne d’arrivée est un bien mauvais calcul. Le bienheureux étant à la fois capable de profiter du chemin (plaisir) tout en possédant un but (Sens).

A défaut d’équilibre…

Le progrès nous ayant privé de la plupart des activités proposant un équilibre entre effort physique et mental, nous sommes aujourd’hui contraints de travailler beaucoup, assis devant un écran, afin de pouvoir ensuite acheter une voiture et un abonnement pour aller nous dé-penser dans une salle de sport.

Trêve de sarcasmes, faire du sport est nécessaire à notre équilibre tant physique que mental, et on ne pourra que recommander d’en faire de façon régulière et raisonnable, en n’oubliant surtout pas d’y prendre du plaisir. Et pas besoin de grosse voiture ou d’abonnement de fitness, tout effort est bon pour faciliter son bonheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*